Nouvelles technologies

Jeux vidéo. Le Maroc inclus dans la nouvelle extension de Civilization V. Civilization, la série de jeux de stratégie proposant au joueur de devenir le leader d’un peuple, présente dans sa nouvelle extension « Brave New World » les peuplades du Maroc et de l’Indonésie. Sur Civilization 5, le Maroc est ainsi dirigé par Ahmad al-Mansour, 6ème sultan de la dynastie Saadienne dans la seconde moitié des années 1600, informe Polygon. Son empire est devenu une force culturelle dominante suite à une longue campagne, allié avec les Assyriens pour débouter la gênante nation zulu du continent africain. Le peuple traditionnellement fermé mais qui s'est ouvert suite à la guerre et a rapidement propagé un message de liberté à travers le monde. Les autres nations sont en admiration devant les accomplissements continus d'Al-Mansour, et les Marocains sont devenus une superpuissance au début du 21ème siècle. Voilà comment est perçu le Royaume dans « Brave New Word » qui fait la part belle à la diplomatie ainsi qu'aux cités Etats. Les joueurs pourront choisir de rivaliser dans la domination militaire ou scientifique pour une expérience de jeu plus robuste tandis que ceux qui se penchent fortement en direction de la culture et de la politique, opteront pour un jeu plus attentiste pour la mise en place de leur projet à long terme. L’extension possède d'autres nouvelles fonctionnalités, telles que huit nouvelles merveilles, deux nouveaux scénarios, des nouveaux systèmes commerciaux, neuf nouvelles civilisations jouables comme la Pologne avec le chef Casimir III, le Brésil avec Pedro II, l'Assyrie avec Assurbanipal et le Portugal avec Maria. La sortie mondiale de « Brave New World » est prévue pour le 12 juillet prochain.

Console. Présentation de la nouvelle Xbox One, de Microsoft. Décidément, Microsoft fait tout le contraire de Sony. Là où le fabricant japonais n’a pas montré la PlayStation 4 mais mis en avant le jeu, le géant américain montre volontiers sa console mais se contente de vidéos pour présenter quelques titres en nous faisant miroiter l’E3, qui approche et commencera le 11 juin prochain. La console est une sorte de gros parallélépipède noir, aux faux airs de Box Numéricable, mate et brillante, idéale pour les traces de doigts. La nouvelle Xbox a également dévoilé un peu de ses caractéristiques techniques. On sait désormais avec certitude que le processeur x86 possède huit cœurs, qu’il est épaulé par 8 Go de mémoire vive. A priori un seul modèle sera disponible avec 500 Go d’espace de stockage. Enfin, Microsoft abandonne les DVD pour le Blu-ray, adopte l’USB 3.0 pour la connectique et le Wi-Fi Direct pour connecter ses manettes désormais équipées d’une batterie intégrée. Par ailleurs, le nouveau Kinect filme en 1080p en 30 images par seconde. Le fait qu’il soit équipé d’un grand angle le dispense d’être motorisé, ce qui le rendra plus facile à utiliser. Si le matériel a été revu, la partie logicielle a aussi été améliorée. Ainsi, la reconnaissance des mouvements et des corps est bien meilleure, les mains et doigts figurant clairement dans le schéma corporel perçu. La fonction de reconnaissance vocale est également bien plus aboutie. Elle sert d’ailleurs à allumer la console ou à naviguer dans l’interface. Reste à savoir désormais si la reconnaissance vocale sera aussi performante dans d’autres langues. Beaucoup de questions restent en suspend sur la connexion en ligne qui était annoncée comme obligatoire par les rumeurs. La Xbox One se voit également attribuer une nouvelle manette, assez similaire à celle de la Xbox 360. Elle ne semble pas, comme la manette de la PS4 faire de place à des fonctions sociales mais ajoute malgré tout une sorte de retour de force dans ses gâchettes. Son ergonomie générale semble toujours aussi bonne.

Fiscalité. Apple conteste user d'artifices pour échapper au fisc américain. « Apple n'utilise pas d'artifices fiscaux », a affirmé Tim Cooke, le PDG d'Apple dans une déclaration diffusée avant son audition devant une commission d'investigation du Sénat américain. Celle-ci l'accuse d'abuser de montages fiscaux à l'étranger, a priori légaux, pour alléger très nettement son imposition aux Etats-Unis. Apple « n'utilise pas de crédits renouvelables de filiales étrangères pour financer ses opérations nationales; il n'a pas d'argent sur une île des Caraïbes ni de compte bancaire aux îles Caïmans » a surenchéri le PDG d'Apple. Dans ses premières conclusions rendues publiques, la commission d'enquête sénatoriale reprochait au groupe d'avoir utilisé un complexe réseau de filiales à l'étranger, notamment en Irlande, dont certaines n'ont aucune résidence fiscale nationale et n'effectue donc aucune déclaration d'impôts dans aucun pays. Apple précise posséder « d'importantes liquidités à l'étranger car il vend la majorité de ses produits en dehors des Etats-Unis », affirmant qu'il « gère avec attention ses liquidités à l'étranger pour soutenir ses activités internationales dans le meilleur intérêt de ses actionnaires ». (AFP)

Hacking. La base de Guantanamo coupe ses réseaux wifi, par crainte des Anonymous. Alerte rouge dans les Caraïbes. Selon l’agence Associated Press, la base américaine Guantanamo Bay a décidé d’éteindre tous ses points d’accès wifi, par crainte d’une attaque de la part du groupe hacktiviste Anonymous. Les accès aux réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter ont également été bloqués sur tout le site militaire. Selon The Miami Herald, la base dispose de plusieurs lieux récréatifs où les soldats peuvent se connecter, dont un café, un pub irlandais, une bibliothèque et un bowling. Le wifi est également déployé au niveau d’un terminal aéronautique. Les Anonymous avaient appelé, le 6 mai dernier, à protester contre l’existence de cette base par des « actions globales », ainsi que par des envois massifs d’emails, de fax ou de messages twitters. Ces actions, regroupées sous le mot d'ordre « CLOSE GITMO », étaient programmées sur trois jours, du 17 au 19 mai. L’armée américaine doit craindre maintenant des actions plus intrusives, d’où les précautions prises. Par ces actions, les hacktivistes veulent dénoncer les activités illégales de cette base militaire et se solidariser avec les prisonniers dont une majorité a démarré une grève de la faim depuis plusieurs mois. « Anonymous ne tolèrera pas plus longtemps cette atrocité. (…) Nous allons fermer Guantanamo » peut-on lire dans le communiqué des hacktivistes. Ils ont également créé une pétition en ligne sur change.org.