International

Tunisie-Maroc. Le célèbre prédicateur wahhabite tunisien Bechir Ben Hassen aurait été arrêté au Maroc par Interpol. Des informations concordantes semblent confirmer que le célèbre prédicateur wahhabite tunisien Bechir Ben Hassen, a été appréhendé par la police lors de sa visite au Maroc. Motif de l’arrestation : Un mandat de recherche lancé à son encontre par Interpol, dans le cadre du différend qui l’oppose à sa femme française, à laquelle il aurait soustrait de façon illégale ses enfants.

Turquie-Maroc-Algérie. La Turquie contre le Polisario et pour la réouverture des frontières maroco-algérienne. En ce qui concerne la question du Sahara, le Maroc peut compter sur le soutien de la Turquie. C’est ce qui est ressorti de la visite éclair de Recep Tayyip Erdogan au Maroc, programmée en marge d’une tournée du Premier ministre turc en Afrique du Nord. « La position turque vis-à-vis de la question du Sahara reste inchangée », a d’abord affirmé Erdogan, lundi après-midi, à Rabat, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane. « La Turquie ne reconnaît pas le Polisario et soutient le processus de négociations mené, sous l'égide du Conseil de sécurité de l'Onu, entre le Maroc et l'Algérie », a-t-il souligné. Recep Tayyip Erdogan s’est également dit prêt à aider le Maroc à trouver une solution à ce conflit. « Nous sommes disposés à faire notre devoir pour aider à la résolution de ce problème», a-t-il assuré, regrettant un différend « qui sépare deux pays frères comme le Maroc et l'Algérie ». Le chef de file du Parti de la justice et du développement turc (AKP) n’a pas manqué non plus de mettre sur la table la réouverture des frontières terrestres séparant le Maroc et l’Algérie. Celles-ci sont, pour rappel, fermées par l’Algérie à tout trafic depuis 1994, après que Rabat ait attribué un attentat meurtrier, perpétré alors à Marrakech, aux services secrets algériens. À la veille de son départ pour l’Algérie, Recep Tayyip Erdogan a, en effet, « émis le souhait de voir les frontières maroco-algériennes rouvertes » et ce « dans les meilleurs délais », rapporte la MAP. Plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Turquie ont, par la même occasion, été signés, lundi, à Rabat. Abdelilah Benkirane et Recep Tayyip Erdogan ont, entre autres, paraphé une déclaration politique conjointe portant sur la création d'un conseil de haut niveau de partenariat stratégique entre les deux pays. Le ministre de l'Equipement et du Transport Aziz Rabbah et son homologue turc, Binali Yildirim, ont pour leur part signé deux accords de coopération concernant « le domaine du transport et le secteur maritime ». Lors des cinq dernières années, la valeur du commerce extérieur entre le Maroc et la Turquie a enregistré une amélioration estimée à 100%. 75 entreprises turques sont implantées au royaume.

Italie-France. Nouveau scandale sexuel à l'italienne pour DSK. Une journaliste italienne affirme que Dominique Strauss-Kahn a tenté d'abuser d'elle à la fin des années 1990. Quelques jours après son inattendue montée des marches à Cannes, DSK va-t-il devoir s'expliquer sur un nouveau scandale sexuel ? Myrta Merlino, une journaliste italienne, affirme, dans une émission diffusée le 31 mai sur YouTube, que DSK, alors ministre des Finances, a tenté d'abuser d'elle à la fin des années 90. À en croire les affirmations de la présentatrice, la scène se serait déroulée lors du forum de Davos, en Suisse. Au cours de l'une des nombreuses conférences, Dominique Strauss-Kahn n'aurait pas manqué de la "remarquer". Elle en aurait alors profité pour demander une interview au ministre français. Peu de temps après, les collaborateurs du ministre se seraient chargés de prendre contact avec la jeune journaliste. "Le service de presse de Dominique Strauss-Kahn est venu m'expliquer que le ministre avait une interview très importante avec CNN, mais qu'il souhaitait tout de même m'accorder une interview", raconte-t-elle à Klaus Davi, l'un de ses confrères italiens. Rendez-vous aurait été pris à 20 heures dans le bar du palace où Dominique Strauss-Khan occupait une suite. À l'heure dite, personne ne se serait présenté, si ce n'est un serveur qui lui aurait tendu un mot déposé sur un plateau d'argent. Changement de programme, DSK aurait demandé à la recevoir dans sa chambre et à ne pas faire entrer le caméraman avec elle. "Après avoir hésité, je me suis laissé convaincre et je me suis assise dans un fauteuil. Il m'a offert un grand verre de champagne, et nous avons commencé à parler de tout sauf de l'interview", avance-t-elle.

Algérie. Déclaration de l’ex-colonel du DRS : L’Algérie au bord d’un bain de sang. «Le président Abdelaziz Bouteflika ne pourra plus reprendre ses activités» a tranché le colonel Chafik Mesbah, qui travaillait comme officier de la sécurité militaire avant d’être chargé d’enfiler la tenue de politologue et de distiller dans les médias, sous sa nouvelle fonction, les positions des services secrets algériens. Mesbah a transmis ainsi le verdict de l’armée algérienne, quant à l’avenir du président alité en France, depuis un mois. Le colonel Mesbah qui a affirmé détenir à ce propos «des informations personnelles», a assuré que le président ne sera plus capable d’assurer ses fonctions, donnant pour preuve, l’intervention de la France qui a encore le pouvoir premier de décision dans le pays, le président Hollande selon Mesbah, a évoqué dernièrement sur France 24 la question de la succession. Le colonel Mesbah, selon ce qu’a rapporté le média algérien Algérie1, a mis en garde contre dixit «les agissements du clan présidentiel et particulièrement contre Said Bouteflika, le frère du président qu’il qualifie de dangereux et capable de provoquer une effusion de sang pour la conservation du pouvoir». Chafik Mesbah a dit que les services redoutent aussi ce qu’il a qualifié de «Balatgia économique: Toute cette faune d’affairistes milliardaires qui peuvent s’adonner à une politique de terre brulée». Le colonel conclut que «le clan présidentiel ne lâchera aussi facilement le morceau, d’autant plus que Bouteflika a fait un maillage des institutions et des wilayas avec des hommes qui lui sont proches». 

Europe. La zone euro devrait accueillir un nouveau membre. La Commission européenne va donner ce mercredi 5 juin son feu vert à l'entrée de la Lettonie dans la zone euro. Ce pays balte de 2 millions d'habitants en deviendra le 18e membre. L'exécutif européen indiquera dans un rapport que la Lettonie répond aux critères de l'Union monétaire, notamment une inflation maîtrisée, des taux à long terme bas, un taux de change stable et un déficit et une dette publics contrôlés. Si cette recommandation est approuvée par le conseil et le parlement européens, la Lettonie rejoindra l'Estonie, premier pays balte à avoir adopté la monnaie unique en 2011. Le troisième, la Lituanie, pourrait les rejoindre aux alentours de 2015.