Art & Culture

Radio. Hit radio continue de grignoter des points en parts d'audience. Hit radio continue de gagner des places en mesure d’audience. Selon la radiométrie de janvier-mars 2013, comparée à celle de la même période de l'année dernière, ladite radio a gagné deux places au classement général, passant de 4,60 à 5,71% de parts d'audience. Elle confirme aussi sa position renforcée sur sa cible de prédilection puisqu’elle détient la première place sur les CSP+ (classe socioprofessionnelle regroupant les chefs d’entreprise, les artisans et commerçants, les cadres, les professions intellectuelles supérieures), tout âge confondu. Ainsi, Hit radio a maintenant plus de 1,2 million d'auditeurs quotidiens qui écoutent sa station en moyenne pendant 1h50 la semaine. De plus, la chaîne s’écoute aussi ailleurs qu’au Maroc. Elle détient près de 200.000 auditeurs marocains résidant à l’étranger connectés chaque via internet ou via des applications mobiles. En week-end, la durée d’écoute moyenne passe à 1h55 sur l’ensemble du royaume et à 2h33 sur Casablanca, constituant ainsi la plus longue durée d’écoute par auditeur dans la capitale économique, toutes stations confondues. (Le Mag.ma)

Musique. Ray Manzarek, membre fondateur des Doors, est décédé. Sa rencontre avec Jim Morrison en 1965 a conduit à la création des Doors. Si l'imposante présence et la vie chaotique de Morrison en ont fait l'icône du groupe de rock, c'est à Ray Manzarek, le claviériste du groupe décédé le 20 mai à l'âge de 74 ans, que l'on doit le son très particulier de chansons comme Light My Fire ou Break on Through. «Beaucoup de ce qui a fait la gloire des Doors était dû à M. Manzarek, avec son penchant pour le mélange des courants musicaux, l'ancien et le nouveau, du blues au classique, de la poésie parlée au psychédélique», explique la nécrologie du Washington Post. Après la mort de Morrison, Manzarek a continué de jouer, seul ou dans des groupes, reformant récemment les Doors, jusqu'à son décès. Bien qu'il soit surtout connu pour ses performances au clavier pour The Doors, Manzarek jouait la guitare, les percussions, et chantait. En 1991, il s'était dit «peu impressionné» par le film The Doors d'Oliver Stone. «Ce n'était simplement pas le vrai Jim Morrison, avait-il alors affirmé. Le Jim qu'on connaissait était beaucoup plus sensible, poétique, artistique, spirituel.» Manzarek est mort d'un cancer du canal biliaire à Rosenheim, en Allemagne.

Musique. The Jacksons en concert à Mawazine, l'âme de Michael Jackson planera sur l'OLM Souissi à Rabat. Le célèbre groupe de soul américain The Jacksons, qui se produira le 28 mai dans le cadre de la 12ème édition du Festival Mawazine rythmes du monde, promet au public marocain un spectacle inoubliable sur la scène OLM Souissi à Rabat, en hommage à Michael Jackson, l'une des figures emblématiques de ce groupe mythique. L'âme et l'esprit de Michael Jackson, qui a fait carrière à ses débuts au sein de The Jackson Five, seront présents avec force sur la scène OLM Souissi à travers les plus grands succès qui ont fait la renommé du groupe, a indiqué Tito, membre de The Jacksons. Il a relevé que son groupe est ravi de se produire pour la première fois au Maroc, après de nombreux concerts en Afrique, ajoutant que cette nouvelle expérience constituera une occasion pour The Jacksons de découvrir le pays et le public marocain. S'agissant du programme du concert de mardi prochain, Tito a fait savoir que le groupe, qui ne présentera pas de nouveautés, interprétera une sélection de ses plus grands tubes, promettant au public de Mawazine une soirée forte en émotion qui restera gravée à jamais dans la mémoire. Le concert de Rabat fait partie de la tournée mondiale du groupe baptisée "Unity Tour", nom qui, selon Tito, s'inspire de l'esprit et de la philosophie de The Jacksons dont les chansons tendent à rassembler les gens autour de l'art, abstraction faite de leurs background religieux et ethniques et de leurs nationalités. Adulé par des millions de fans dans le monde, The Jacksons a changé à jamais le paysage de la musique populaire. Depuis les années 1970 et le succès rencontré par Jackie, Jermaine, Marlon, Tito et leur frère Michael Jackson, la formation est devenue un véritable phénomène. Leur style unique mélange de soul, de pop et de funkû, la liste de leurs hits et leurs incroyables prestations ont fait de ce groupe l'un des plus aimés de tous les temps. Groupe familial par excellence, The Jacksons s'impose comme l'un des derniers groupes emblématiques du label Tamla Motown entre 1969 et 1975, période pendant laquelle les cinq frères Jackson battent tous les records de ventes. (MAP)

Littérature. L'écrivain Abdelkader Benali invité à une rencontre littéraire jeudi à Rabat. L'écrivain maroco-néerlandais Abdelkader Benali sera l'invité d'une rencontre littéraire, jeudi à Rabat, à l'initiative des "Amis du Café littéraire", avec le soutien de l'ambassade des Pays-Bas au Maroc, apprend-on auprès des organisateurs. L'écrivain Abdelkader Benali est né en 1975 à Beni Chiker (Nador). A l'âge de quatre ans, il quitte le Maroc avec sa famille pour les Pays-Bas. Son premier roman, "Bruiloft aan zee’’, sorti en 1996, illustre notamment les différences entre la première et la deuxième génération des Marocains résidant aux Pays-Bas. Traduit en français par Caroline Auchard sous le titre de "Noces à la mer", le livre, un inénarrable roman sur le retour au pays des immigrés, écrit dans une langue croustillante, pleine d'humour et de verve, a eu un franc succès qui lui a valu le prix du meilleur roman aux Pays-Bas et le prix du premier roman étranger en France (1999). Son deuxième roman, "Le Tant Attendu" (De langverwachte), qui a été publié en 2002 et traduit en français, a reçu le fameux prix Libris. Son dernier ouvrage est +Bad Boy+, un roman inspiré du parcours et de la vie du redoutable champion du monde de kick-boxing, le maroco-néerlandais Badr Hari. Le roman dont le titre renvoie à l'un des nombreux surnoms de Badr Hari, retrace le parcours exceptionnel d'un jeune maroco-néerlandais, Amir Salem, personnage fictif, issu d'un quartier populaire d'Amsterdam et devenu, à peine la vingtaine passée, l'un des champions les plus connus du monde de la boxe, avant que sa vie ne prenne un tournant différent. Le livre est une fiction inspirée du parcours sportif et de la vie de Badr Hari. "Au moment où je m'apprêtais à écrire un roman sur la vie d'un jeune maroco-Néerlandais, je découvre Badr Hari lors d'une émission phare de la télévision marocaine et cela m'a inspiré", avait-il expliqué. (MAP)