Croix-Rouge-Croissant-Rouge. S.A.R. la Princesse Lalla Malika préside la cérémonie de célébration de la Journée mondiale. Son Altesse Royale la Princesse Lalla Malika, Présidente du Croissant-Rouge marocain (CRM), a présidé, lundi à la Villa des hôtes à Rabat, la cérémonie de célébration de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du lancement de la semaine nationale du Croissant-Rouge marocain. S.A.R. la Princesse Lalla Malika a également présidé une réception offerte par S.M. le Roi Mohammed VI à cette occasion, et à laquelle ont pris part plusieurs membres du gouvernement ainsi que d’autres personnalités. La semaine nationale du CRM, qui coïncide cette année avec la célébration du 150e anniversaire du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, avait été lancée mercredi dernier, sous le patronage effectif de S.A.R. la Princesse Lalla Malika, présidente du CRM. Les activités de cette semaine (8 au 15 mai) sont marquées notamment par l’organisation d’une campagne médico-sociale à l’établissement Ahmed Ben Zayed Al-Nahyane (10 au 12 mai), au profit des habitants de la préfecture Skhirat-Témara, sous le signe «L’action humanitaire et bénévole au service des secours de proximité», indique un communiqué du CRM. Cette campagne vise à soutenir les efforts des établissements publics de santé en vue de mettre en place des programmes de secours de proximité, en parfaite harmonie avec le plan stratégique 2011-2015 du Croissant-Rouge marocain et les orientations générales de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dans le domaine de la santé. Quelque 4 000 personnes bénéficieront, ainsi, d’opérations chirurgicales et de différents examens médicaux et de dépistage de certaines maladies dans le cadre de cette campagne, initiée en collaboration avec plusieurs partenaires. Au programme, figure également un don de lunettes, de vêtements et de produits d’hygiène au profit des enfants malvoyants. La célébration de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et de la semaine nationale du Croissant-Rouge marocain sera, aussi, marquée par l’organisation d’un ensemble d’activités médico-sociales dans différentes provinces du Royaume.

Transport. Un nouvel accident avec le tramway de Casablanca. Une voiture légère est entrée en collision avec un tramway de Casablanca ce matin vers 11h30 sur l’avenue des Forces Armées Royales, indique La Vie Eco. L’accident est survenu lorsque la voiture a tenté de traverser les rails avant le passage du tramway. L’automobiliste a été évacué, encore conscient, vers les urgences pour recevoir les soins nécessaires. Le ministre des Transports, Azziz Rebbah, avait déjà pointé du doigt les marques d’incivilité dans la circulation urbaine au titre de l’année 2011. En mars dernier, une grave collision entre un tramway et un camion s’était produite dans la capitale économique le premier avril faisant deux blessés et causant d'importants dégâts matériels.

Incendie. Safi, explosion à l'usine 'Ciment du Maroc'. Une dizaine de personnes ont été blessées à différents degrés, suite à une explosion survenue, lundi matin, dans l'usine "Ciments du Maroc" de Safi. Selon des sources médicales à l'hôpital régional Mohammed V, où ont été transféré 10 blessés de l'usine, huit ouvriers ont subi des brûlures de premier degré, alors que deux autres sont victimes de brûlures de troisième degré. Les deux ouvriers grièvement atteints seront transférés à l'hôpital Ibn Rochd de Casablanca. L'explosion est due à une panne impromptue dans un four rotatoire de ciment, ont affirmé des responsables de l'usine, située à 35 kilomètres au nord de la ville de Safi, dans la commune rurale Ayir.

Espionnage-Maroc-Espagne. Noureddine Ziani, espion marocain ou indépendantiste catalan ? Le CNI a déjà tranché. Les services secrets espagnols (CNI) détiennent un ressortissant marocain, Noureddine Ziani en attendant son expulsion. Une décision qui remonte au 3 mai, date de la réception par l’intéressé de la décision portant l’estampille du directeur du CNI, le général Félix Sanz-Roldán. Dans son ordre d’expulsion, comme le rapporte le quotidien El Pais, le chef du renseignement estime que Ziani « représente une menace pour la sécurité nationale et la stabilité des institutions » et qu’il « compromet les relations de l’Espagne avec d’autres pays ». Le patron du CNI accuse, également, le Marocain d’« être un collaborateur de haut niveau d’un service d’intelligence étranger, et ce, depuis l’an 2000 », une allusion plus que transparente à la DGED de Yassine Mansouri. Et de « favoriser les intérêts de cette nation étrangère au détriment de la sécurité nationale ». Une question se pose alors : pourquoi le CNI a attendu 14 ans avant de renvoyer l’agent Ziani vers le Maroc ? Cette décision du CNI, a suscité une vive réaction de la formation nationaliste Convergence démocratique catalane (CDC), un parti de droite qui milite pour l’indépendance de la Catalogne lors du referendum de 2014. Sa direction la qualifie de « menace du processus souverainiste ». Même son de cloche auprès de la Gauche Catalane Républicaine (ERC). Alfred Bosch, son député à la Chambre basse espagnole, a souligné que cette détention est « une vengeance » contre Noureddine Ziani pour son engagement direct en faveur du projet d’indépendance de la Catalogne. Ce serait d’ailleurs, la principale raison qui justifie l’expulsion de Ziani. Le Marocain, qui résident dans cette région depuis 14 ans, assume à la fois la présidence de l’Union des centres culturels islamiques de la Catalogne et la direction de l’Espace catalo-marocain de la Fondation « Nous Catalans », une émanation de la CDC. Deux fonctions qui lui assurent de jouer un rôle très important dans le projet indépendantiste en faisant sa promotion auprès des communautés immigrées de confession musulmane, notamment marocaine. Le Parlement européen a été saisi concernant la détention de Noureddine Ziani. L'eurodéputé de Convergence et Union (CiU) Ramon Tremosa a interpellé la Commission européenne sur cette affaire. Il y a urgence car selon l'avocate de Ziani, l’ordre d'expulsion de son client pourrait être exécuté aujourd’hui.